Manu Dibango : « Etre lucide, responsable, vigilant »

Sélectionnez un album à lire

previous next
Prochain concert  -   Salle Omnisports
JOURS HEURES MINUTE SECONDE
 
Le chanteur et saxophoniste Manu Dibango en concert à Nice en septembre 2013. AFP/VALERY HACHE

Le chanteur et saxophoniste Manu Dibango en concert à Nice en septembre 2013. AFP/VALERY HACHE

Joint par Le Monde, le chanteur et saxophoniste camerounais réagit aux attentats.

« Quand on parle de la liberté de création, il faut d’abord ne pas oublier qu’elle n’est pas la même selon l’endroit où l’on se trouve. Dans certains pays, la musique est interdite. Certains régimes font un distinguo entre la “bonne” et la “mauvaise” musique. Mais qui est accrédité pour dire si ces notes sont “bien” et celles-ci, non ? De quel droit va-t-on demander au musicien de limiter son imaginaire ?

Cela dit, il est bien évident que dans tous les champs de la création, il y a des expressions qui vont être plus ou moins acceptables par les uns ou les autres. C’est une question d’éducation, et d’environnement aussi. Ce qui plaît à un chrétien ne plaît pas forcément à un musulman ou à un juif. Sans s’auto-censurer – je n’aime pas l’idée de censure –, l’artiste doit être lucide et responsable. Vigilant. Il faut tenir compte de l’autre, qui n’a pas nécessairement la même éducation.

En fait, dans tout artiste, il y a une bagarre entre l’homme responsable et l’esprit libre du créateur. Les limites doivent ne doivent pas venir de l’extérieur, mais naître de l’artiste lui-même. La question se pose de la même façon pour les chercheurs : dans vingt ans, ma découverte sera-t-elle un bienfait ou un poison pour l’humanité ?

Cabu était présent à mon anniversaire, le 12 décembre. J’adore la vivacité d’esprit de ces gens, tués par des usurpateurs prétendant agir au nom de leur Dieu. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fnac iTunes Amazon
Deezer
Henri Selmer
 

 
 
previous next
X