DISCOURS DE MANU DIBANGO À RIO

Sélectionnez un album à lire

previous next
Prochain concert  -   Salle Omnisports
JOURS HEURES MINUTE SECONDE
 

Signature de l’accord sur l’usage de la langue française aux JO de Rio 2016

23.11.2015.Francofonia. Sede Rio 2016. Audotório. Rio de janeiro. BRASIL.

23.11.2015.Francofonia. Sede Rio 2016. Audotório. Rio de janeiro. BRASIL.

Seul le texte prononcé fait foi

Monsieur le Président du Comité d’organisation des Jeux de Rio2016, Messieurs les Représentants du Comité international Olympique, Messieurs les Consuls et Consuls adjoints des pays francophones, Distingués invités et chers amis du sport, de la culture et de la paix, Nous venons à votre rencontre aujourd’hui en commençant par une minute de silence. Ce geste n’est pas anodin. C’est un acte réfléchi et engagé. Un acte en témoignage éloquent de nos pensées profondes pour toutes celles et ceux qui ont péri ou ont été meurtris et blessés par les terribles attentats et par les actes de barbarie perpétrés tout au long de cette sinistre année de par le monde. Particulièrement au cours de ces deux dernières semaines en Egypte, au Liban, en France, au Mali, au Cameroun et d’une certaine façon également en Belgique. Tous ces pays, et je préciserais d’ailleurs tous ces pays de l’espace francophone, sont aujourd’hui les cibles et les scènes des projets d’horreur et de terreur les plus funestes. Une entreprise de terreur qui vient s’attaquer à notre appétit vital, à notre joie gourmande, à notre goût immodéré pour le partage et la créativité. Une entreprise de terreur qui, n’ayant rien à perdre, prétend pouvoir nous déposséder de tout ce à quoi nous tenons, de tout ce que nous avons chèrement conquis. Mais elle ne fait que redoubler notre attachement farouche à la liberté et elle ne fait que renforcer les liens profonds, intimes et essentiels qui nous unissent et nous attachent les uns aux autres. L’acte que nous venons de poser, ce silence éloquent que nous venons de partager, est certes un temps d’hommage et de recueillement. Mais il est aussi bien davantage. Il est une affirmation, un mouvement. Il est l’antichambre de l’énergie vitale et de l’engagement que nous allons mettre tous ensemble dans l’affirmation de notre projet de société, de notre volonté de faire société et de vivre ensemble, de notre vision du monde. Cette vision que la Francophonie porte depuis sa création en 1970, sous l’impulsion de ses pères fondateurs et notamment du Président et poète Léopold Sédar Senghor ; Cette vision accomplie par le Président Abdou Diouf, ancien Secrétaire général de la Francophonie auquel j’adresse mes pensées les plus respectueuses et fraternelles ; Cette vision aujourd’hui incarnée par Michaëlle Jean qui lui a succédé à la tête de la Francophonie et que je remercie pour la confiance dont elle m’a gratifié en m’offrant de porter l’illustre costume de Grand Témoin de la Francophonie pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de Rio 2016 après d’éminentes personnalités politiques, intellectuelles et journalistiques ; Cette vision que je partage intimement, moi, artiste du monde issu du continent de toutes les origines, c’est celle d’un monde uni dans la diversité. J’insiste sur cela, entendez-le bien : un monde uni dans la diversité. Cet ambitieux et généreux projet, conçu par Senghor, est d’une édifiante modernité et résonne aujourd’hui jusque dans l’arène olympique. Souvenez-vous : le Président du Comité international olympique, Thomas Bach, que j’ai rencontré à Lausanne le 9 septembre dernier avec Michaëlle Jean, ne s’était-il pas lui aussi donné ce mot d’ordre pendant sa campagne d’accès à la présidence du CIO : « l’unité dans la diversité » ? C’est en effet parce que nous vivrons délibérément et en toute conscience dans le respect fécond de nos différences, que nous pourrons tendre vers la paix. La paix qui doit être et qui doit demeurer notre but ultime. Cette diversité, je souhaite moi aussi la placer au cœur de notre action commune, ici, à Rio. Et l’unité, elle, elle s’exprimera dans chacune de nos actions.

Monsieur le Président,
C’est dans cet esprit que j’ai le plaisir de signer au nom de l’OIF et avec vous, cet accord de partenariat sur l’usage et la promotion de la langue française et de la francophonie aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Rio de Janeiro. Ce que nous allons accomplir ensemble, va nous permettre de garantir aux athlètes, aux officiels, aux spectateurs, aux journalistes, une expérience olympique dans la diversité linguistique, culturelle, sportive, artistique et pourquoi pas gastronomique. Ensemble nous allons recruter des jeunes volontaires et des jeunes interprètes francophones et multilingues. Nous allons offrir aux professionnels des outils et des services linguistiques, des formations en français. Nous allons organiser des événements culturels, des animations sportives.

Tout cela en français mais pas seulement.

Tout cela avec vous mais pas seulement. Avec les jeunes et les enfants aussi. Avec les Etats et gouvernements de la Francophonie et leurs représentations consulaires à Rio, et diplomatiques à Brasilia. Avec le mouvement olympique francophone et son Association qui réunit désormais 47 membres. Avec aussi les opérateurs de la Francophonie tels l’Agence universitaire de la Francophonie et TV5 Monde, désormais bien implantés au Brésil. Tout cela nous le ferons en nous souvenant d’où nous venons et en affirmant où nous allons. De par mes racines africaines qui sont aussi les vôtres, de par ma vie à travers le monde et ses multiples sonorités qui résonnent jusqu’ici, je me sens chez moi au Brésil. A partir d’aujourd’hui, sentez-vous aussi chez vous en Francophonie et n’oubliez jamais que la Francophonie, c’est cette « maison de tous construite avec la pierre de chacun ». Je reviendrai donc chez nous, ici au Brésil, pour nous retrouver le 20 mars 2016 à l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie. Lors de cette Journée, célébrée chaque année dans le monde entier, nous présenterons et nous lancerons ensemble cette programmation francophone riche, diverse et témoin de notre unité. Vous l’aurez bien compris, je ne me lasserai pas d’affirmer que nous avons individuellement et collectivement la responsabilité d’« imposer à la postérité une injonction : celle de défendre toujours une universalité des différences ». Avec les 206 délégations nationales issues des cinq continents qui convergeront vers Rio dans moins d’un an, et avec les valeurs d’une étonnante modernité qui sont à leurs fondements, les Jeux Olympiques et la Francophonie sont, par excellence, le siège de l’union des peuples dans la diversité. J’attends beaucoup de cette synergie simplement humaine, dont nous n’allons pas seulement rêver, mais que nous allons créer avec nos mots, avec nos cultures, nos sons, nos silences, nos gestes, nos sourires et nos regards. Cette synergie prend racine aujourd’hui pour accomplir demain notre but commun : rendre plus humaine l’Humanité.

Je vous remercie.

DOCUMENTS À TÉLÉCHARGER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fnac iTunes Amazon
Deezer
Henri Selmer
 

 
 
previous next
X